Trucs et astuces

Le Lundi avec Landy : Splunk Synthetic Monitoring

Le Lundi avec Landy est le nom de notre nouvelle série de podcasts vidéo dédiés à l’ITOps et à l’observabilité. L’objectif ? Vous proposer un contenu pertinent en 15 minutes maximum, sur des thématiques variées : découverte de produits Splunk, sujets techniques, expériences clients… Dans l’épisode 3, je vous propose de découvrir tous les atouts de Splunk Synthetic Monitoring dans cette
vidéo :

Qu’est-ce donc que le synthetic monitoring ? 

C’est l’un des composants de la suite d’interopérabilité de Splunk. Sous ce nom plutôt moderne, il s’agit à la base d’un concept vieux comme le monde : cela consiste à jouer des tests robotisés (dans l’entreprise ou à l’extérieur), qui permettront de valider la disponibilité et les performances d’un système.

Comment cela se passe concrètement ? En quelques points :

  • Le synthetic monitoring est proposé sous la forme de SaaS (Software as a Service) ;
  • nous disposons d’une cinquantaine de localisations géographiques dans le monde, à partir desquelles nous jouons les tests ;
  • nous disposons de sondes intégrées au système informatique interne (« On Prem ») ;
  • les résultats des tests sont nativement intégrés dans Splunk Core.

Les types de tests pris en charge sont :

  • les tests « real browser » (côté navigateur) ;
  • les tests « uptime » (pour définir la durée de fonctionnement sans interruption du système)  ;
  • les tests « API » (pour les interfaces de programmation d’application).

 

Mais point trop de théorie, passons à la pratique ! Je vous propose une démonstration en trois parties :

 

  1. Scripting et enregistrement des séquences de navigation Web
  2. Ordonnanceur, paramètres et reporting
  3. Optimisation et axes d’amélioration pour vos environnements Web

 

Scripting et enregistrement des séquences de navigation Web

Ici, j’ouvre un navigateur et je m’appuie sur un outil open source appelé Selenium pour réaliser les enregistrements (il en existe beaucoup d'autres, vous trouverez forcément chaussure à votre pied).
Pour cette démonstration, je supervise un environnement que j’aime bien : la Splunkbase bien sûr !

Je sélectionne un add-on et télécharge le package ; c’est cette opération toute simple que je souhaite tester. Une fois le téléchargement terminé, j’arrête l’enregistrement. Selenium me permet alors de rejouer mon script, histoire de voir si tout va bien, puis de le sauvegarder.

Voilà pour la première étape ! Voyons maintenant comment intégrer le script dans l’ordonnanceur.

Ordonnanceur, paramètres et reporting

Lorsque je me connecte à mon environnement Splunk, je sélectionne l’onglet « Synthetic Monitoring » et importe mon scénario de test, afin de pouvoir le jouer de façon régulière. C’est là que je configure la ou les localisations depuis lesquelles le test sera joué, la fréquence à laquelle il sera joué et, éventuellement, des périodes de black-out. C’est également à ce moment que je définis les notifications à envoyer en cas d’échec et que je paramètre de manière plus avancée le navigateur qui exécute les scripts au besoin (ex : changement d’en-tête, spécification d’une version, définition de l’écran...).

Mon test est créé et planifié, il n’y a plus qu'à attendre l'exécution !

Par la suite, je pourrai consulter une vue d’ensemble des tests exécutés et en sélectionner un pour l’analyser dans le détail, en me concentrant sur une journée, une localisation, une métrique spécifique, un objet particulier... Et je peux même rejouer les vidéos des scripts, ce qui est extrêmement pratique en cas d’erreur d’exécution.

À noter : c’est également à cette étape que vous avez la possibilité de définir de nouvelles localisations pour l’exécution des tests, mais aussi de paramétrer les alertes et les outils de reporting.


 

Optimisation et axes d’amélioration pour vos environnements Web

Si je clique à présent sur l’onglet « Web Optimization », je peux consulter d’autres données relatives au test qui a été exécuté. Je vois notamment s’afficher plusieurs indices de performance, le nombre d’erreurs identifiées, les gains qui pourraient être obtenus après optimisation, etc.


 

Divers onglets me permettent d’affiner l’analyse et de me concentrer sur les objets qui posent problème et les aspects susceptibles d’être améliorés. Il peut s’agir, par exemple, de pages non compressées ou de formats d’image qui alourdissent le trafic. Et là où ça devient encore plus intéressant, c’est que Splunk Synthetic Monitoring vous propose des solutions concrètes et vous guide pas à pas dans leur mise en œuvre !

Toutes ces optimisations suggérées n’ont qu’un seul objectif, mais il est de taille : rendre vos sites Web plus performants.

Une fois les changements apportés, vous pouvez consulter l’historique des tests et suivre l’évolution des performances, avec à chaque fois les gains obtenus grâce aux différentes améliorations.

Qu’est-ce qui fait la spécificité de Splunk Synthetic Monitoring ? 

Plus qu’une simple fonctionnalité basée sur des tests robotisés, qui vous diront uniquement si ça marche ou non, Splunk Synthetic Monitoring vous permet d’explorer dans le détail les erreurs rencontrées et vous propose de nombreuses options pour optimiser vos environnements.

Vous aussi, vous voyez plus loin que la supervision de base de la disponibilité et des performances ? Découvrez la page de Splunk Synthetic Monitoring, et téléchargez notre livre blanc pour comprendre les solutions de supervision de l’expérience numérique (en anglais).

 

En espérant vous avoir convaincus, je vous dis à très bientôt pour un autre épisode du Lundi avec Landy ! Et n’hésitez pas à revoir l’épisode sur Splunk ITSI et celui  sur la suite d'observabilité de Splunk.

 

Guillaume Landy
Posted by

Guillaume Landy

Au-delà de mon appétence pour l'IT, que j'ai commencé à pratiquer en "rackant" des serveurs et en "certissant" des câbles réseaux (" 1,2,3, alors, le brun vert, je le mets dans l'emplacement n°6 du RJ45.... et mince, c'est loupé ! ") , je suis le roi de la bricole, le MacGyver du 21ème siècle. Et j'aime tellement de trucs dans la vie, qu'il me faudrait des journées de 72 heures !