Trucs et astuces

Y'a t-il de la lumière dans un frigo fermé ?

C’est peut-être la question existentielle que tout le monde se pose depuis l’invention des « boîtes réfrigérantes » : que se passe-t-il dans un réfrigérateur éclairé lorsque l’on referme la porte ?

Une question que la fille de notre client Sebastian Walker, directeur des Opérations SI chez Mitsubishi polyester Film Gmbh, ne cesse de se poser. Une chance que Sebastian ait Splunk sous la main. Dans cet article de blog, il nous décrit comment il a non seulement résolu l’énigme de la lumière qui éclaire le réfrigérateur, mais aussi pu enseigner à sa fille quelque chose en matière d’économie d’énergie :

Zoe : « Papa...dis-moi, est-ce que la lumière dans le réfrigérateur reste allumée tout le temps ? Même quand la porte est fermée ?” »

Sebastian : « Bonne question, je n’en ai aucune idée... mais en splunkant, on trouvera sûrement la réponse ! »

Zoe : « Splunk ? C’est quoi ? »

Sebastian : « Ah Zoe, c’est long à expliquer, mais tu peux commencer par regarder cette vidéo et je t’expliquerai le reste une autre fois. Pour l’instant, concentrons-nous sur le frigo ».

Nous utilisons une chose que chacun possède dans son tiroir (ou le cas échéant, ce qui serait très étrange, il est possible de s’en procurer en ligne) : un microcontrôleur avec puces WLAN (Wemos D1 mini – ESP8266), connecté à une LDR (pour « Light Dependent Resistor », ou résistance dépendante de la lumière), le tout alimenté par une powerbank.

Les données de ces capteurs WiFi sont transmises via le HEC (HTTP Event Collector) à l’indexeur Splunk. Découvrez comment fonctionne et est configuré le HEC sur : https://docs.splunk.com/Documentation/Splunk/8.2.0/Data/UsetheHTTPEventCollector

Voilà à quoi ressemble un RAW-Event :

Il est composé de :

  • un horodateur,
  • un indicateur, si la lumière se déconnecte de la LDR,
  • un compteur, qui calcule le temps de fonctionnement en secondes.


Lorsque les données sont indiquées pour la première fois, on a naturellement envie de les interroger une nouvelle fois pour répondre à la question de Zoe (et d’un grand nombre de gens).

Que révèle notre requête SPL ?

 

Ligne 1

index : spécifie où les données sont enregistrées dans Splunk. Notre index s’appelle également « esp8622hec »

host : d’où proviennent les données ? Notre microcontrôleur est appelé « walkingFridge »

Ligne 2

eval : analyse un énoncé et renvoie le résultat dans un champs défini

if : (condition, vrai, faux) – La LDR est, dans un réfrigérateur sombre, à des valeurs comprises entre 0 et 5. Nous définissons donc tout ce qui est inférieur à 5 comme « lumière éteinte (0) » et tout ce qui est supérieur à 5 comme « lumière allumée (1) ». Naturellement, cela aurait aussi pu être fait sur l’ESP8266 dans le logiciel... mais dans Splunk, c’est encore plus cool ;-). Avec la commande eval, le champ « lightIndex » ne contient maintenant plus que 0 ou 1 pour une lumière éteinte ou une lumière allumée.

Ligne 3

timechart : nous donne les résultats sur un axe temporel, montre le « lightIndex » maximum mesuré et divise la requête en blocs avec une résolution (span) de 60 secondes (plus d’info sur Timechart et Rename).

 


Pour la visualisation, nous utilisons tout d’abord un diagramme à barres. Chaque fois qu’une ligne verticale apparaît ici, quelqu’un a ouvert le réfrigérateur (ce qui a d'ailleurs donné l'idée à Patrick d’implanter des puces RFID dans les poignets de la famille Walker afin de pouvoir lire quel membre de la famille a ouvert le frigo. Bizarrement, cette suggestion n’a pas été très bien accueillie :-) )

Sebastian : « Tu vois Zoe, maintenant nous savons aussi que la lumière ne s’allume pas dans le réfrigérateur si la porte est fermée – c’est prouvé par Splunk ! Mais en parlant du réfrigérateur, j’ai remarqué que tu regardes toujours pendant très longtemps ce qui se passe dans le frigo. C’est un réfrigérateur, pas une télévision. Tu sais ce qui se passe dans le frigo ? Il se réchauffe. Lorsque la porte est ouverte, l’air froid sort par le bas et l’air chaud entre par le haut. Et ensuite, il faut beaucoup d’énergie pour le rendre à nouveau froid. Viens, je vais te montrer ».

Zoe : « Avec Splunk ? »  

Sebastian : « Avec Splunk ! »

Nous ne pouvons pas établir le mouvement de l’air pour le moment, mais nous pouvons au moins mesurer le changement de température. Ainsi, pour contrecarrer l'incrédulité des enfants devant tout ce qui a trait à la physique, nous devons améliorer le capteur avec une mesure de température. En fouillant dans le fameux tiroir, on trouve un capteur de température (AHT10, qui peut également mesurer l’humidité). Nous le plaçons dans l’installation existante et mettons à jour le micrologiciel du microcontrôleur pour qu’il transmette également la température et l’humidité de l’air.

Nous élargissons notre commande timechart dans la SPL en ajoutant l’élément

max(Temperature) as Temperature

Nous configurons la température en la superposant sur le diagramme existant, car les colonnes de température ne sont pas vraiment utiles pour la visualisation. Et il est d’ores et déjà possible de voir comment la température au niveau du capteur évolue quand on ouvre la porte du réfrigérateur.

Comme le capteur AHT10 peut mesurer non seulement la température, mais aussi l’humidité de l’air, nous l’incluons également dans le diagramme. Pourquoi ? Et bien... parce qu’on peut :-)


Heureusement, Zoe a accompagné Sebastian pendant tout ce temps et a soulevé d’excellentes questions, telles que :

Zoe : « Que se passe-t-il quand la batterie tombe à plat ? »

Sebastian : « Dans ce cas, nous devons la changer, sinon on perdra toutes les données ».

Zoe : « Et comment sais-tu ensuite quand tu l’as fait ? »

D’accord, et bien dans ce cas, nous devons trouver une astuce. Nous ne savons certes pas quand la powerbank a été changée, mais nous savons quand le microcontrôleur a été mis en marche. À chaque redémarrage du microcontrôleur, le statut « restarted » est maintenant également transmis au HEC. Ce statut peut ensuite être indiqué sur le diagramme sous forme d’annotation.

Les annotations doivent être directement insérées dans le code source du tableau de bord . 

La recherche d’annotation doit être insérée directement dans la balise . La fenêtre temporelle (earliest/latest) est ici prédéfinie et doit bien sûr être remplie de token.

Conclusion

Notre enfant adorée est satisfaite et peut à nouveau dormir sur ses deux oreilles. Le frigo est fermé. La lumière est éteinte. Papa a appris des choses sur Splunk. Une journée réussie.

Et maintenant à votre tour

Au cas où vous souhaiteriez reproduire la configuration de Sebastian chez vous, nous vous avons préparé une liste du matériel et des logiciels utilisés. Vous pouvez tout simplement trouver le matériel sur Google et l’acheter au meilleur prix au revendeur de votre choix. En ce qui concerne les logiciels, nous avons inséré pour vous des liens directs. Amusez-vous bien !

Liste du matériel :

Wemos D1 mini (ou tout autre carte de développement ESP8266)

  • AHT10
  • Powerbank
  • LDR
  • Résistance 1 kohm
  • Platine Labdec
  • Câble de connexion
  • Liste des logiciels :

Version d’essai gratuite Splunk (60 jours)

 

*Cet article est une traduction de celui initialement publié sur le blog Splunk allemand

Splunk
Posted by

Splunk

Join the Discussion