Splunk Life

Dans la peau d'une Splunkeuse… Fanny Doukhan

C’est un plaisir d’accueillir Fanny Doukhan, notre nouvelle AVP Strategic Sales pour la France, qui a rejoint l’équipe Splunk il y a près de 6 mois. Grande amoureuse de culture, citadine avide de découvertes, ultra organisée et attentive aux détails, j’ai eu le plaisir de découvrir de nouvelles facettes de la personnalité de Fanny que je vous partage dans ce nouveau portrait de Splunkeuse.


Bienvenue chez Splunk, Fanny ! Nous sommes toutes et tous des êtres faits de données. Quelles sont celles qui te définissent ?

 

Il y en a beaucoup trop ! On me définit souvent comme un être de détails, une sorte de plateforme de corrélation qui pourrait presque être intégrée à Splunk. J’ai tendance à stocker un nombre inimaginable d’informations de toutes sortes, et ce n’est pas toujours facile de faire le tri et de rester synthétique.

Mais si je ne devais retenir que trois éléments clés pour me décrire d’un point de vue plus personnel, je dirais que je suis une grande citadine, véritable matrice d’art, de culture et de voyages, ce qui va plutôt bien ensemble. J’adore aussi le débat, la joute orale, et je ne peux pas m’empêcher de tout discuter, sans arrêt.

Depuis quand es-tu tombée dans l’IT ?

J’ai fait toute ma carrière dans l’IT, mais c’est arrivé un peu par hasard. J’ai commencé par des études de commerce, spécialisées en marketing et communication, puis j’ai d’abord cherché à travailler dans le domaine de la culture. Mais après quelques stages, je me suis vite aperçue que cette passion personnelle n’était pas forcément compatible avec mon caractère et mes attentes professionnelles.

J’ai besoin d’objectifs, de relever des défis et j’aime aussi travailler dans des équipes multiculturelles. Ce sont des éléments très présents dans l’IT, et c’est justement la diversité qui m’a attirée vers mon premier poste chez Altiris. J’évoluais dans une équipe paneuropéenne et j’ai adoré ça. 

C’est de cette manière que j’ai découvert le monde de l’IT. Altiris a ensuite été racheté par Symantec, où j’ai eu l’occasion de mieux structurer mes compétences et de faire évoluer ma carrière. Puis j’ai fait une petite halte chez Veritas et j’ai ensuite intégré Pure Storage. J’ai donc toujours travaillé dans des entreprises américaines, et cet environnement me convient tout à fait.

Et d’où vient ton envie de rejoindre Splunk ?

J’ai beaucoup apprécié mon expérience chez Pure Storage, dans le domaine du stockage et de l’infrastructure, mais je souhaitais revenir vers le software. Et dans ce domaine, Splunk est vraiment en phase avec les attentes du marché et les tendances actuelles.

Aujourd’hui, les priorités des clients sont clairement tournées vers la donnée — sa gestion, sa sécurisation, sa valorisation — mais aussi vers la cybersécurité et la gestion d’organisations de plus en plus complexes. Je ne pense pas qu’on me contredise si j’affirme que Splunk est un perfect match sur ces trois thématiques.

Quel est ton rôle et comment définirais-tu ton style de leadership ?

Chez Splunk, je m’occupe des 14 commerciaux grands-comptes France, qui se divisent en deux équipes, chacune gérée par un manager. Notre organisation est verticalisée. Arnaud Chiffert est en charge de l’équipe Finance, Luxe, Retail, et Axel Bernard gère tout ce qui touche à l’industrie (dont l’automotive, l’industrie pharmaceutique et le transport).

Concernant mon style de leadership, je le résumerais en deux mots : confiance et exigence. J’ai en effet beaucoup de mal à travailler si je ne peux pas me fier à mes collaborateurs, mais j’en demande aussi beaucoup, aux autres, mais surtout à moi-même.

Tu es arrivée chez Splunk il y a près de 6 mois. Est-ce que tu as une anecdote à nous raconter concernant ton expérience ?

Ce n’est pas vraiment une anecdote, mais ce qui m’a le plus marqué, c’est certainement le rapport des Splunkers à la culture Splunk. Je n’ai jamais travaillé dans un environnement où l’attachement à l’entreprise était aussi fort, et c’est très plaisant.

Tu arrives durant une période inédite en France et dans le monde entier. Quelle est ta vision pour Splunk en France ?

Mon arrivée a été marquée par la fin des fortes restrictions sanitaires. Dans ce contexte, avec Romain Leblanc, avec qui je partage la responsabilité du leadership France, nous sommes fixés comme priorité de recréer du lien entre les Splunkers.

Avant le dernier événement qui a été organisé en France, on s’est en effet rendu compte qu’un certain nombre de collaborateurs arrivés dans l’entreprise ces deux dernières années n’avaient jamais rencontré leurs collègues. C’est une situation inédite à laquelle on s’est habitués, à tort à mon avis.

On essaie donc de combattre cette tendance en donnant envie aux gens de retourner régulièrement au bureau. Je ne crois pas qu’on revienne à l’ancien modèle, avec une présence quotidienne des équipes, mais il faut recommencer à collaborer physiquement. La richesse de la vie professionnelle et l’attachement à la culture Splunk dont je parlais tout à l’heure sont aussi alimentés par les rencontres informelles, et c’est quelque chose que l’on a perdu dernièrement.

D’un point de vue plus global, le développement de Splunk en France devrait davantage être orienté vers la plateforme. Sur ce marché, nous sommes en effet surtout connus pour nos solutions SIEM. Or, à mon avis, notre vrai différentiateur se situe plutôt au niveau de la plateforme unifiée de Splunk, qui peut répondre à de nombreuses problématiques métier.

Il faut aussi prendre en compte que la vision de la cybersécurité a beaucoup évolué chez nos clients. Elle est devenue une de leurs priorités, et notre plateforme unifiée est tout à fait en mesure de répondre à leurs besoins en venant compléter notre offre de sécurité.

Le cloud est aussi un enjeu majeur aujourd’hui, mais la France n’a jamais été avant-gardiste en matière d’adoption des nouvelles technologies. Les migrations en SaaS présentent donc d’importantes opportunités, mais les situations sont très disparates chez nos clients. Certains ont déjà intégré les solutions cloud à leur projet stratégique de transformation, mais d’autres en sont encore loin.

Si tu pouvais Splunker n’importe quoi dans le monde, ce serait quoi ?

Comme je l’ai dit, je suis un être de détails et j’ai naturellement tendance à tout vouloir comparer pour trouver la solution parfaite, quelle que soit la situation. C’est aussi le cas dans ma vie privée. Comme je l’ai déjà mentionné, je suis une vraie citadine et une grande amatrice de voyage, et mon niveau d’exigence n’est pas moins élevé dans ces domaines que dans ma vie professionnelle.

Je peux passer des heures à chercher un resto pour une soirée entre amis dans le but de trouver le lieu parfait, qui conviendra à tous en termes de menu, de localisation ou d’ambiance. Je profiterais donc bien d’une plateforme pour splunker les restaurants et les destinations de voyage avec des requêtes parfaites.

Quels projets te tiennent à cœur en dehors de Splunk ?

J’ai vraiment bénéficié du système éducatif français, qui m’a permis de gravir les échelons et de profiter d’opportunités bien plus vastes que celles offertes uniquement par mon milieu familial. J’ai donc toujours essayé de soutenir les élèves dans leur parcours scolaire, pour les aider à s’orienter, à mieux comprendre le système et à en exploiter toutes les possibilités.

Dans ce cadre, je participe aux entretiens de personnalité du jury de mon ancienne école de commerce (Neoma Busines School, anciennement ESC Reims) ainsi qu’aux journées d’orientation de mon lycée, le lycée franco-allemand de Buc. J’ai aussi fait du tutorat, notamment via l’association des anciens élèves de mon école, Neoma Alumni.

Une phrase qui te représente ?

« For the most important decisions in your life, trust your intuition, and then work with everything you have, to prove it right. » Tim Cook, directeur général d’Apple (Pour les décisions les plus importantes de votre vie, faites confiance à votre intuition, puis déployez toute votre énergie afin de prouver que vous avez eu raison).

Une œuvre que tu recommandes ?

Vu ma personnalité, ce n’est pas facile pour moi de faire un choix parmi l’océan des possibles, mais s’il y a quelque chose qui m’a toujours fascinée, c’est la capacité à inventer complètement un autre monde. C’est pour ça que je recommanderais deux œuvres de SF : Dune et Hypérion, que j’ai lus dans ma jeunesse.

Mais après tous ces confinements et dans la période compliquée que nous vivons, si je devais vraiment conseiller quelque chose, ce serait de sortir et d’aller voir des spectacles d’art vivant. Les livres sont accessibles tout le temps, mais les expositions, les spectacles, les séances de cinéma nous ont trop manqués pour qu’on s’enferme chez nous alors qu’ils sont à portée de main.

 

Encore bienvenue Fanny ! Et si cela vous a donné envie de rejoindre une équipe humaine et motivée, consultez nos offres de postes.

 

Je suis passionnée par mon métier de HR que j'ai pu exercer en France et à l'international. Je suis à présent à Paris , j'ai 2 petites filles de 5 ans et 2 ans . J'aime rencontrer des personnes de tout horizon et nationalités. J'ai eu la chance par exemple de monter une équipe en Belgique de 200 personnes comprenant 18 nationalités! La diversité et l'appartenance à une culture d'entreprise sont pour moi indispensables à la réussite d'une société.