CUSTOMERS & COMMUNITY

L’université de l’Illinois Urbana-Champaign déploie des tests salivaires pour le COVID-19 afin de permettre le retour des étudiants en toute sécurité

En tant que lieux d’enseignement et d’innovation, les universités possèdent un potentiel considérable pour changer le monde grâce aux technologies. Une institution en particulier fait de ce potentiel une réalité : c’est l’université de l’Illinois Urbana-Champaign (Illinois).

Bien avant la pandémie de COVID-19, l’université de l’Illinois comptait déjà sur les données pour toutes ses questions, des salles de classe aux terrains de sport en passant par les réfectoires. Les entraîneurs de l’équipe féminine de football, par exemple, utilisent les informations fournies par les capteurs biométriques pour informer les entraînements et améliorer les performances sportives. L’application Rokwire exploite le machine learning pour proposer aux étudiants des opportunités adaptées à leurs centres d’intérêt, comme des séances de conseil, des événements sur le campus, des informations sur les transports et le logement, et les événements sportifs.

Lorsque la pandémie de COVID-19 s’est abattue sur le monde, l’université est passée rapidement du perfectionnement de l’expérience du campus à la mise en place de l’apprentissage et de la collaboration à distance. Nick Vance, Responsable de l’innovation en technologies et données, et son équipe, ont joué un rôle crucial dans cette transition fluide.

M. Vance explique : « L’une de nos premières préoccupations a été de déterminer comment se déroulaient l’apprentissage à distance et les cours via Zoom. Nous avons utilisé Splunk Remote Work Insights pour combiner les données de Zoom et des systèmes de gestion de l’apprentissage pour superviser et sécuriser notre réseau. »

SHIELD : cibler, tester, signaler

À l’automne 2020, l’enseignement à distance se déroulait parfaitement bien ; le moment était venu d’amorcer un deuxième virage stratégique pour faire revenir les étudiants sur le campus. SHIELD était né. Pour ne serait-ce qu’envisager une reprise de l’expérience en présentiel, l’équipe technique savait que des tests rapides et précis du COVID-19 seraient indispensables. Mais en raison des ruptures d’approvisionnement et d’autres difficultés propres aux tests nasopharyngés, il semblait complexe d’organiser des tests à grande échelle.

Les chercheurs de l’université ont réveillé l'Hannibal qui sommeille en eux. Ils savaient qu’ils allaient devoir « trouver un moyen ou en inventer un », et c’est ce qu’ils ont fait.

Une équipe interdisciplinaire composée d’enseignants et de chercheurs s’est réunie pour créer un nouveau test. Ce test salivaire était plus rapide et plus confortable, et produisait des résultats en quelques heures plutôt que plusieurs jours. 

À ce jour, l’université de l'Illinois a effectué le nombre impressionnant de 1,3 million de tests sur tout le campus. En s’appuyant sur son application Rokwire existante, l’université a lancé l’application Safer Illinois, un portail centralisé où les étudiants peuvent facilement signaler leurs symptômes et recevoir des notifications d’exposition sur leur portable. Pour tracer les contaminations asymptomatiques, l’université a lancé un programme de tests massifs imposant à tous les étudiants et enseignants de se faire tester un certain nombre de fois par semaine. Les étudiants qui manquent un certain nombre de tests perdent leur accès aux espaces partagés du campus comme les salles de classe et de sport.

M. Vance explique : « Nous avons pu passer d’une approche réactive à une approche proactive des tests. Dans cette situation d’urgence, Splunk est devenu notre outil stratégique pour obtenir des informations automatiquement et rapidement, qu’il s’agisse de données de test ou d’alertes. »

 

Des alertes en temps réel et un nombre de cas en chute libre

Lorsque les étudiants sont revenus sur le campus à l’automne 2020, le service de santé a dû rapidement assurer le suivi des étudiants testés positifs au virus. Pourtant, en raison de l’envergure de l’effort requis, il arrivait parfois que les étudiants doivent attendre plusieurs heures, voire une demi-journée après avoir reçu un résultat positif pour savoir quoi faire et où s’isoler. Ce délai augmentait le risque de propagation.  

Pour y répondre, l’université a mis sur pied un groupe de travail appelé SHIELD Team 30 et chargé d’informer immédiatement les étudiants des personnes à contacter, de l’endroit où se rendre, des modalités de quarantaine et des mesures à suivre pour préserver leur santé et celle des autres. « Depuis que nous avons lancé cette initiative, nous avons observé une chute considérable du nombre de cas et c’est avec Splunk que nous sommes parvenus à leur transmettre toutes ces informations, » explique M. Vance.

« Splunk est la colonne vertébrale de notre système d’alertes automatiques et de données en temps réel ; celui-ci déclenche les processus en aval qui nous permettent d’informer immédiatement les personnes par SMS et de les empêcher de répandre le COVID. »

Avec ces brillants résultats, l’université de l’Illinois a commencé à transmettre des données en temps réel à son service de logement. M. Vance poursuit : « Nous avons commencé à informer immédiatement le personnel des résidences des étudiants à transférer vers nos chambres de quarantaine. En canalisant les alertes via Splunk pour transmettre les informations à ces équipes, nous prenons mieux soin de nos étudiants tout en contrôlant l’épidémie. »

En utilisant Splunk pour transformer rapidement les données en action, l’équipe a obtenu des résultats spectaculaires, dont une chute abrupte des cas de COVID-19 (moins de 1 % des élèves), y compris dans des périodes où ils atteignaient un pic dans l’Illinois.

Une prévention proactive à grande échelle

Grâce au rythme régulier et soutenu des tests et des notifications, l’équipe SHIELD a renforcé les tests proactifs. Lorsqu’une personne se présente à un point de test, par exemple, elle fournit sa localisation et des informations démographiques. Vance et son équipe exploitent désormais ces données pour actionner des leviers géographiques qui permettent de maintenir le nombre de cas à un niveau bas. 

M. Vance explique : « Alors que nous étions jusque-là focalisés sur les alertes, nous sommes passés à l’analyse à grande échelle. Nous exploitons désormais les données démographiques, par exemple en disant ‘Tiens, trois personnes ont été testées positives dans ce bâtiment cette semaine. Nous allons dire aux autres résidents d’être vigilants et de se faire tester un jour sur deux jusqu’à ce que nous ayons fait baisser les chiffres dans ce secteur’. »

M. Vance et son équipe continuent d’utiliser les données pour assurer la sécurité des étudiants et du personnel. L’équipe espère également accroître son impact en élargissant ses tests salivaires et l’application Safer Illinois à tout l’État, dans les entreprises, les établissements scolaires et les établissements de santé.

Pour en savoir plus sur la façon dont nous utilisons Splunk tout au long de l’expérience étudiante, lisez l’étude de cas de l’université de l’Illinois.

*Cet article est une traduction de celui initialement publié sur le blog Splunk anglais.

----------------------------------------------------
Thanks!
Splunk

Splunk
Posted by

Splunk