Data Insider

Qu’est-ce que la blockchain ?

La blockchain est une base de données électronique décentralisée et distribuée, partagée sur un réseau public ou privé. Chaque transaction d'une base de données blockchain est partagée entre un certain nombre d’utilisateurs, qui vérifient tous l’exactitude de cette base, ce qui empêche la réalisation de transactions non autorisées. Développée il y a une dizaine d'années comme composant central de Bitcoin et d'autres formes de devise numérique, cette technologie a des implications qui vont bien au-delà des transactions financières. De fait, si vous avez des données précieuses à protéger, la blockchain peut être la clé qui les mettra à l’abri des menaces de sécurité et garantira leur intégrité.

Comme la blockchain peut normaliser les processus et élimine les intermédiaires tiers, elle offre un moyen plus rapide et moins coûteux de partager les informations commerciales critiques et confidentielles ainsi que les informations personnelles. Elle génère également une trace incontestable des transactions, ce qui permet de les contrôler et de savoir exactement ce qui se passe sur votre réseau.

En d'autres termes, la blockchain vous assure de baser vos décisions commerciales sur des données fiables et exactes, en permettant la création d’un registre numérique vérifiable de l’intégralité des transactions financières, processus, tâches, contrats et plus.

Pourtant, la blockchain est plus qu’un conteneur pour une quantité infinie de données. Une fois les données verrouillées dans une blockchain, elles deviennent quasiment impossibles à manipuler ou pirater, et ce définitivement. Une entreprise qui utilise la blockchain peut donc fonctionner de façon plus « lean » et plus efficace, sans sacrifier la vitesse, l’expérience client, la visibilité du réseau ou la sécurité. C’est pourquoi les entreprises se tournent vers cette technologie pour résoudre une grande variété de problèmes : assurance qualité, comptabilité, gestion des contrats, gestion de la chaîne logistique, protection des données et plus encore. Quel que soit votre secteur d'activité ou votre type d’entreprise, la blockchain peut vous aider à réduire les coûts, améliorer le service client ou accroître votre efficacité globale.

Pour faciliter vos recherches, nous allons examiner la technologie blockchain, le fonctionnement des systèmes qui l’utilisent, la façon dont ils peuvent protéger vos données les plus importantes, comment choisir les bons outils pour votre entreprise, etc.

Qu’est-ce que la blockchain ? Sommaire

Les fondamentaux de la blockchain

Qu’est-ce la technologie de la blockchain ?

La blockchain est une technologie de registre distribué dans laquelle des nœuds indépendants enregistrent et synchronisent des transactions. Pour comprendre la technologie blockchain, penchons-nous d'abord sur son nom. Un « bloc » est l’enregistrement numérique d'une transaction en ligne particulière. La « chaîne » est la base de données décentralisée composée d'un réseau d'ordinateurs et d'appareils qui collectent et archivent les blocs dans un registre public. À grande échelle, le registre en blockchain peut s'étendre sur des milliers d'ordinateurs et d'appareils, voire des millions comme dans le cas du Bitcoin. Sur une échelle plus réduite, elle peut se limiter aux périphériques d'une seule entreprise.

Ces chaînes, qui peuvent comprendre des milliers ou des millions de blocs, commencent par une seule transaction. À chaque fois que quelqu’un réalise une transaction (comme un achat en ligne), un bloc est créé dans le registre numérique ; ce bloc contient les détails de la transaction (date et heure) l'actif ou somme ayant changé de main, et la signature numérique de la personne ou l'entité ayant accompli la transaction. Un avantage essentiel de la blockchain réside dans le fait que les transactions sont enregistrées sans information d'identification (l’acquéreur, notamment, reste anonyme). Au lieu de cela, c’est un hash ou une signature numérique qui est appliquée à chaque transaction. Cette caractéristique unique est indispensable pour garantir à la fois la confidentialité et la sécurité des données de la blockchain.

De plus, chaque bloc comprend un pointeur qui référence le bloc précédent dans le registre en blockchain, ce qui lie les blocs les uns aux autres. Un nouveau bloc est créé à chaque transaction et la chaîne de blocs grandit au fur et à mesure.

Et c’est là que tout l’intérêt de cette nouvelle technologie entre en jeu. Une fois les blocs attachés les uns aux autres, les données des blocs précédents ne peuvent être altérées ni supprimées par quiconque, pas même par un administrateur système. La conception de la blockchain crée une chaîne de données quasiment inviolable. Dans le même temps, elle produit un historique chronologique incontestable de transactions qui est visible à tous les utilisateurs du réseau de la blockchain. En résumé, vous pouvez revenir en arrière et voir toutes les transactions exactement telles qu’elles se sont produites.

Blockchain : comment et pourquoi

Qu’est-ce qu’une transaction de blockchain ?

Ce qui distingue la blockchain des autres types de transactions en ligne, c’est que les données sont répliquées, stockées et vérifiées par une multiplicité de machines plutôt que détenues par une seule autorité centrale. Lorsqu’un utilisateur interroge une transaction, les informations qui la concernent sont instantanément et simultanément envoyées par toutes ces machines. Celles-ci vérifient ensuite les informations en quelques secondes et communiquent entre elles pour confirmer la transaction.

La transaction est transparente et permanente. À tout moment, n’importe quel utilisateur, à n’importe quel point du système, peut interroger ces transactions sans recourir à une vérification tierce (comme un organisme de traitement de cartes de crédit).

La blockchain est souvent discutée dans le contexte de l’industrie financière ou du Bitcoin (ou autres devises numériques), mais les transactions qu’elle peut enregistrer ne concernent pas nécessairement des transferts d'argent. La blockchain peut faciliter une large gamme de transactions et cette technologie pourrait transformer la façon dont les entreprises échangent des contrats et d'autres informations confidentielles, entre elles et avec leurs clients.

Comment fonctionne la blockchain ?

Le processus de blockchain commence par une transaction en ligne entre deux parties ou plus. Cette transaction est ensuite envoyée sous la forme d'une requête à toutes les machines (des ordinateurs, généralement) du réseau de pairs de cette blockchain, chacune d’elle contenant une copie complète du registre numérique (autrement dit, l’historique de transactions de l’intégralité de la blockchain). Chaque ordinateur compare ensuite la requête à des critères et des règles techniques et métier préétablis qui encadrent l’ajout de nouvelles données. Chaque ordinateur valide la transaction et l’indique aux autres machines de la chaîne.

steps-blockchain

On peut configurer une blockchain pour qu’elle réponde à des besoins précis et aux exigences d’un scénario d’utilisation particulier (des transactions en Bitcoin à la comptabilité, en passant par la gestion de la chaîne logistique). Les blockchains peuvent être publiques (comme le réseau Bitcoin) ou privées, auquel cas seuls certains utilisateurs et ordinateurs sont autorisés sur le système. Ainsi, par exemple, si votre organisation à but non lucratif met en place un réseau de blockchain privé, vous allez d'abord déterminer quelles machines inclure dans le réseau, à l’interne comme à l’externe, ainsi que les règles qu’elles devront suivre pour vérifier et valider les nouvelles transactions. Une fois que ces critères sont en place et que la blockchain commence à fonctionner, le reste des processus se déroulent de façon automatique et le système s’auto-contrôle toutes les quelques minutes.

Lorsque les machines du réseau de pairs valident une transaction, celle-ci est stockée dans un bloc et reçoit un hash, un code d'identification unique ou une signature numérique qui la distingue des autres blocs. Le bloc fait alors partie de la chaîne et son emplacement est verrouillé dans le registre public, qui est distribué sur l’ensemble du réseau pour devenir impossible à altérer ou supprimer.

Si quelqu'un demande à modifier une transaction passée, même s’il ne s'agit que de corriger une erreur mineure, le bloc correspondant n’est pas simplement mis à jour. Au lieu de cela, un nouveau bloc et un nouveau hash sont créés et l’information est ajoutée dans une nouvelle entrée au bout de la chaîne. Tous les utilisateurs peuvent ainsi voir les modifications effectuées à tout moment de la vie de la chaîne. C’est précisément ce qui rend ces chaînes de blocs quasiment inattaquables.

Que se passe-t-il lors d’une tentative d’insertion d'une fausse transaction ? Si la majorité des machines du réseau estiment la transaction ou la modification inexacte ou non valide, la transaction est automatiquement refusée et aucun bloc n’est ajouté au registre numérique.

Et le plus étonnant est que cela se déroule quasiment en temps réel.

À quoi sert la blockchain ?

Par-dessus tout, la blockchain joue le rôle d’outil de sécurité et de comptabilité pour les entreprises. En ce qui concerne la sécurité, comme les blocs d’information sont stockés sur, et vérifiés par, de multiples machines sur le réseau, une blockchain ne peut être contrôlée par une seule entité. La modification d'une information nécessiterait de contourner l’intégralité du réseau de la blockchain, qui englobe un grand nombre d'appareils et de règles. La manipulation des données devient, dans les faits, impossible. De plus, en raison de la nature distribuée de la technologie, une blockchain est exempte de point unique de panne, donc le réseau est moins exposé à un risque d’interruption. Et si une panne finit par se produire, chaque machine possède une copie complète de la blockchain dont les données ne sont jamais perdues.

De plus, la blockchain crée un enregistrement des données incontestable et immuable, à la fois sécurisé et confidentiel, vérifié par l’ensemble du réseau. Ces informations aident les entreprises à garantir leur conformité à certaines obligations réglementaires et directives industrielles, ce qui peut s'avérer inestimable en cas d'audit ou de poursuites judiciaires.

De manière sans doute tout aussi importante, selon Ian Khan, spécialiste du futur des technologies, « la blockchain est véritablement un mécanisme pour faire endosser à chacun le plus haut niveau de responsabilité. Oubliez les transactions omises, les erreurs humaines ou machine. Aucun échange ne pourra se faire sans le consentement des parties impliquées. »

En d'autres termes, la blockchain instille le plus haut niveau de confiance possible dans les données. C’est extrêmement précieux, et pas seulement pour Bitcoin mais aussi pour bien d'autres types de comptabilité et de données de transactions, pour protéger et authentifier les actifs numériques.

Comment la technologie de la blockchain assure-t-elle l’intégrité des données ?

C’est là que la blockchain peut être utilisée pour authentifier les données. Si vous essayez de modifier une blockchain ou d'altérer une donnée, vous créez un nouveau bloc, qui doit être vérifié par toutes les machines du réseau de blockchain. Les données problématiques, qu’elles aient été insérées intentionnellement ou non, seront marquées et invalidées avant que quiconque ait la moindre chance de les utiliser.

L’authentification de la blockchain peut être très utile dans le contexte de la croissance des attaques de cybersécurité. En effet, l’altération des données est devenue un grave sujet d’inquiétude. Imaginez qu’un pirate – ou un ancien collaborateur rancunier – s’introduise dans votre réseau et altère les données de comptabilité au point que vous ne puissiez plus vous y fier. Pire encore, ces modifications pourraient passer inaperçues, et vous pourriez prendre de lourdes décisions sur la base de données erronées. Même si elle est le fruit d'une erreur de bonne foi, une modification des données peut avoir de graves conséquences sur l’entreprise.

blockchain use cases

Scénarios d’utilisation de la blockchain et scénarios d’utilisation secondaires

Comment la blockchain peut-elle résister à la modification des données ?

L’impossibilité d'altérer les données est en partie liée à la fonction de hashage de la blockchain. Lorsque les transactions sont converties en blocs, chacun d’eux reçoit le hash du bloc qui le précède, ce qui constitue la chaîne de blocs.

La fonction de hashage est essentiellement un algorithme qui convertit les données brutes d’entrée en code chiffré qui représente ces données d’origine. Une fonction de hashage peut convertir n’importe quelle quantité de données en une chaîne de longueur fixe. Par exemple, la longueur du hash de « 7 » serait la même que celle du hash de « la blockchain est destinée à transformer la façon dont l’industrie exerce ses activités ».

Le hash est ainsi très difficile à déchiffrer car les pirates n’ont aucun moyen de connaître la longueur de l’entrée en se basant sur celle de la sortie. De plus, des modifications mineures de l’entrée produisent un hash différent et imprévisible qui doit également être vérifié par le réseau de la blockchain.

Comme ces blocs et les hash correspondants sont stockés sur plusieurs ordinateurs, toute modification d'un hash sur une seule machine sera immédiatement détectée par le reste du réseau. De cette manière, toute tentative d'altérer les données de la blockchain est rapidement découverte et empêchée.

Quel est le rôle de la blockchain en matière de sécurité ?

La blockchain peut également changer la donne quand il s'agit de réduire les menaces de sécurité et de prévenir les fuites et les piratages de données, en aidant les entreprises de tout secteur à :

  • Empêcher le piratage : comme chaque transaction est confirmée par plusieurs périphériques réseau, les pirates seraient contraints d'attaquer simultanément tous les dispositifs d’une blockchain, ce qui est quasiment impossible.
  • Sécuriser les dispositifs edge intelligents : les plateformes IoT, composées de produits intelligents interconnectés, sont les cibles d'un large éventail d'attaques, ce qui les rend difficiles à sécuriser et à gérer. Le processus de sécurité et de vérification basé sur un hash de la blockchain peut renforcer l’authentification et contribuer à résoudre un grand nombre des problèmes affectant cette technologie.
  • Protéger la confidentialité des données : les données de la blockchain sont entièrement chiffrées et uniquement accessibles aux parties autorisées sur le réseau. La technologie peut également faciliter le partage d’informations propriétaires et de contrats avec des tiers.
  • Réaliser des audits de sécurité : la blockchain fonctionne comme un mécanisme de suivi horaire qui fournit un historique démontrable des données, et peut donc vous dire tout ce qui se passe (et tout ce qui s’est passé) en lien avec les données de votre réseau.
  • Réduire les interruptions : comme la technologie ne présente pas de point unique de panne et que plusieurs exemplaires de la blockchain sont maintenus, le système continuera de fonctionner même en cas de défaillance ou d'attaque de certains périphériques.
  • Renforcer la confiance des clients : la blockchain vous permet de promettre à vos clients un niveau supérieur de sécurité des données.

L’année dernière, le département américain de Sécurité intérieure (DHS) a commencé à étudier des solutions basées sur la blockchain pour renforcer ses capacités de lutte contre les faux documents et la contrefaçon, avec une nouvelle initiative intitulée « Empêcher la fabrication et la contrefaçon de certificats et permis. » L'objectif de cette initiative est, selon le département, de « veiller à avoir au moins une longueur d'avance sur les menaces pour la sécurité nationale. »

Blockchain : bien démarrer

Comment choisir le meilleur outil de blockchain ?

Évaluez d'abord les besoins de votre entreprise et ayez une image nette de la façon dont la blockchain peut améliorer vos opérations. Recherchez des outils qui présentent les atouts suivants :

  1. Évolutivité : vous pouvez commencer avec un petit réseau de blockchain, mais si vous prévoyez de l’étendre, soyez sûr que l’outil est capable de prendre en charge des centaines, des milliers voire des millions de transactions et de participants.
  2. Personnalisation : la technologie doit répondre aux besoins spécifiques de votre entreprise. Il est crucial de pouvoir la configurer pour l'adapter aux cas d’usage propres à votre secteur et votre activité. Recherchez des outils qui permettent une certaine flexibilité dans la mise en place de la base de données, l’élaboration du consensus, la définition des permissions et plus.
  3. Contrôles d’intégrité : vous devez avoir la possibilité de prouver à des audits que vos données sont exactes. La disponibilité de contrôles d’intégrité réguliers facilitera ce processus.
  4. Partage simplifié : votre outil doit vous permettre d'automatiser le contrôle de ce que vous partagez, avec qui, et quand.
  5. Assistance : comme pour n’importe quel outil, vous souhaiterez travailler avec un partenaire qui vous appuiera dans la création du projet pilote puis le déploiement, la transition et au-delà.

Il existe plusieurs plateformes propriétaires et open-source de blockchain ; citons Ethereum, une plateforme de calcul distribué et un système d’exploitation open-source, Quorum, une version d’Ethereum axée sur les entreprises, Ripple, une plateforme commerciale pour les paiements internationaux, Hyperledger Fabric, orientée B2B, et R3 Corda, destinée aux services financiers.

Comment rentabiliserez-vous la technologie de la blockchain au maximum ?

Pour obtenir le meilleur retour sur investissement, suivez ces quatre bonnes pratiques avant de choisir votre outil :

  1. Déterminez l’étendue des compétences à l’interne : les initiatives de blockchain sont souvent freinées par le fait qu’il n’existe encore que peu d’experts maîtrisant cette technologie. Vous devrez sans doute former du personnel existant ou recruter de nouveaux collaborateurs pour déployer et gérer cette technologie. Cela peut coûter cher et, dans bien des cas, il est plus rentable de faire appel à un prestataire externe.
  2. Identifiez les transactions de votre scénario d’utilisation : dès les premières étapes du processus, vous devez déterminer quelles transactions seront soumises au réseau de blockchain afin d'établir les règles et critères de validation qui les vérifieront.
  3. Décidez qui fera partie du réseau : qui sera impliqué dans la construction du réseau, qui assumera sa supervision (service IT, directeur financier, prestataire externe) et quelles machines seront autorisées. Beaucoup de projets s'articulent autour de l’utilisation d'un réseau privé, ce qui signifie que vous devrez mettre au point une méthode pour accorder des permissions aux utilisateurs actuels et futurs. Veillez à ce que vos protocoles ne compliquent pas trop l’ajout de participants.
  4. Résolvez un véritable problème métier : comment prendre un bon départ avec la blockchain ? Pour George Bailey, contributeur de Forbes et consultant en gestion de la chaîne logistique, il est inutile de tester la technologie sur un processus existant. Pourquoi ? Parce qu’il fonctionne déjà, explique-t-il. Il recommande d'éviter de dupliquer un processus en place et suggère plutôt de monter un projet dans un domaine qui a vraiment besoin d’être amélioré, afin de faire rapidement l’expérience de la valeur de cette technologie.

La technologie de la blockchain offre aux entreprises un moyen sûr et privé de conserver des enregistrements des données critiques tout en gagnant en efficacité et même en réduisant les coûts à long terme. Cela dit, c’est une nouvelle technologie complexe et son adoption ne se fait pas sans difficultés.

Pour résumer : explorez la blockchain

La blockchain a fait une entrée fracassante dans l’imaginaire collectif lorsqu’un mystérieux individu (ou collectif) se présentant sous le nom de Satoshi Nakamoto a créé Bitcoin en 2008. L’idée que la blockchain a d'autres applications qu’une devise numérique est encore jeune, mais ses promesses sont grandes pour la plupart des industries. Avec la blockchain, le secteur bancaire et les services financiers pourraient consulter les transactions effectuées 24h/24, 7j/7, et les temps de traitement pourraient passer de plusieurs heures ou jour à quelques minutes.

La blockchain permettrait aux établissements de santé de conserver en toute sécurité les dossiers médicaux des patients et de les mettre à disposition de personnes en particulier en fonction des besoins, tout en protégeant les informations personnelles. Mieux encore, ils pourraient quasiment garantir l’inviolabilité des données des patients.

Les compagnies d'assurance peuvent utiliser cette technologie pour contrôler l'authenticité des réclamations. Le secteur de l’immobilier pourrait bénéficier des contrats intelligents basés sur une blockchain qui conserverait les titres de propriété de façon décentralisée. Cette approche accélérerait la vente des biens en limitant les problèmes.

Les détaillants, les fabricants, les fournisseurs et toutes les entreprises désireuses de protéger l’intégrité de leurs données et actifs numériques peuvent utiliser la blockchain pour améliorer la satisfaction et la confiance des clients, réduire les coûts et l’erreur humaine, et sécuriser leurs opérations.

La blockchain a également des détracteurs de premier plan et vous vous devez d’examiner les éventuels écueils autant que les avantages. On estime que le marché de la blockchain atteindra 60 milliards $ d’ici 2024 et cette technologie va, selon toute vraisemblance, gagner du terrain pour répondre à la demande croissante pour une meilleure sécurité des données. L’ingéniosité humaine et la puissance de calcul mobilisées sont considérables : une véritable révolution est en marche. Veillez à être dans le peloton de tête.

Vous voulez en savoir plus ?

Consultez les Prédictions Splunk 2020 pour découvrir ce que l'année nous réserve dans les domaines du machine learning, des opérations informatiques, de la sécurité et de l’IoT. Consultez également ces ressources essentielles :