Trucs et astuces

5G : entre info et intox

En termes de rayonnement, la téléphonie mobile a déjà été diabolisée dans certains milieux. Aujourd’hui, la 5G est là, et un certain nombre de rumeurs, demi-vérités, erreurs de raisonnement et fausses informations circulent sur les réseaux sociaux. Ceci est source d’inquiétude même en dehors de la théorie du complot. Mais pas de panique : nous vous avons réuni quelques faits réels contre les idées fausses les plus fréquentes.

Rumeur : la 5G favorise la propagation du COVID-19

5GRéalité : dans certains pays très touchés par le coronavirus (comme l’Iran), il n’y a pas de réseau 5G. Une relation de causalité entre la couverture de la 5G et les taux d’incidence serait également hautement improbable d’un point de vue scientifique. Bien au contraire, un réseau de téléphonie mobile comme la 5G peut, avec ses temps de latence réduits, son débit de données puissant et sa capacité de charge élevée, garantir une traçabilité plus rapide des chaînes d’infection. Des contre-mesures plus rapides peuvent enrayer la propagation de ce virus dangereux.

Rumeur : le rayonnement de la 5G peut également être utilisé dans l’armement

Réalité : il existe en effet des armes qui fonctionnent avec le rayonnement micro-ondes. En relation avec la 5G, les opposants citent souvent l’Active Denial System (ADS) développé aux Etats-Unis, qui peut déclencher une sensation de brûlure sur la peau via une impulsion micro-onde. L’ADS fonctionne toutefois dans une plage de fréquence très différente de la 5G, à savoir 95 GHz, tandis que les fréquences de la 5G avoisinent les 700 MHz. Qu’on ne vienne pas vous dire alors que la 5G émet un rayonnement « utilisable pour l’armement ».

Il est incontestable que la 5G est une technologie de communication. Et que chaque technologie de communication peut naturellement être également utilisée dans le contexte militaire. L’Internet des objets (IoT) en particulier est considéré comme un domaine d’application prometteur de la 5G. Et ces « objets » peuvent également être des systèmes d’armes, comme des drones de surveillance. Mais tout cela n’a toutefois rien à voir avec le rayonnement.

Rumeur : la 5G rend inutilisable les smartphones qui ne sont pas compatibles avec la norme

5G : entre info et intoxRéalité : pour la diffusion vidéo, l’utilisation des services Messenger ou la navigation sur Internet, l’ancienne norme 4G suffit en règle générale. En France, La Fédération française des télécoms indique qu'« il n'est pas prévu de démanteler les réseaux 2G et 3G à ce stade ». Même son de cloche du côté de Bouygues Telecom, pour qui « un démantèlement n'est pas d'actualité » non plus. Dans un entretien accordé au quotidien les Echos le 1er février, Stéphane Richard, PDG d'Orange, s'est aussi prononcé sur le sujet. Il y explique qu'il est d'avis d'éteindre le réseau 2G, et non pas la 3G : « On ne va pas empiler indéfiniment les réseaux. L'utilisation de la 2G baisse fortement et des technologies alternatives peuvent prendre en charge ses usages. D'ici à 2025, en Europe, on peut envisager une extinction de la 2G, au moins pour le grand public. »

Rumeur : le volume de données d’un tarif de téléphonie mobile se consomme très rapidement avec la 5G

Réalité : le volume de données demandé dépend du type d’utilisation et non de la vitesse de transmission des données. Ceux qui écoutent des podcasts sur le réseau 4G, regardent des vidéos ou surfent sur les réseaux sociaux, pourront continuer à le faire dans la même mesure avec le réseau 5G, et il y aura très probablement moins de dysfonctionnements. Mais si vous voulez utiliser la 5G quand vous êtes en déplacement, il vous suffit de souscrire à un tarif de données approprié auprès de votre opérateur de téléphonie mobile. Sinon, continuez de surfer sur le réseau 4G, indépendamment de ce dont est capable techniquement votre appareil.

5G : entre info et intoxRumeur : la 5G rend malade

Réalité : il n’y a pas de preuves scientifiques pour cette affirmation. La 5G fonctionne certes avec des micro-ondes, mais l’Office fédéral allemand pour la protection contre le rayonnement (Bundesamt für Strahlenschutz) estime que les champs électromagnétiques à hautes fréquences des émetteurs ne seraient pas assez puissants pour réchauffer les organismes vivants. Il peut toutefois être prouvé qu’il existe un impact sur le corps humain lié à l’utilisation d’équipements et notamment du téléphone. Ceci n’a toutefois rien à voir avec le fait qu’ils fonctionnent avec une technologie de téléphonie mobile 5G, 4G ou autre. La cause fréquente de tensions (à savoir le tristement célèbre syndrome cervical) est une posture de la tête raide et crispée lorsque l’on téléphone ou le fait de « regarder vers le bas » en permanence lorsque l’on utilise l’écran de son téléphone mobile. Pour prévenir cela, c’est à vous, au sens littéral, de prendre les choses en main.

Si vous avez besoin d’informations plus utiles et encore plus détaillées sur le thème de la 5G, jetez un coup d’œil à notre page Data Insider sur la 5G. Et si le thème des nouvelles technologies vous intéresse en général, je vous recommande chaudement cet e-book.

*Cet article est une traduction de celui initialement publié sur le blog Splunk allemand.

Splunk
Posted by

Splunk

Tags

5G : entre info et intox

Afficher tous les tags
Show Less Tags

Join the Discussion